Commentaire sur le contrat de coalition du gouvernement des feux de signalisation

Date

Le 24 novembre, les dirigeants du SPD, des Verts et du FDP ont signé le contrat de coalition de la première "coalition ampélographique" d'Allemagne fédérale. Le titre "Oser plus de progrès" nous permet d'espérer une politique plus progressiste, plus avancée et plus moderne que celle menée pendant près de deux décennies par la CDU.

Tout d'abord, l'engagement très clair et inconditionnel en faveur de l'Union européenne en tant que telle revêt pour moi une importance capitale : "Une Union européenne plus démocratique, plus efficace et stratégiquement plus souveraine est le fondement de notre paix, de notre prospérité et de notre liberté. C'est dans ce cadre que nous relèverons les grands défis de notre temps, tels que le changement climatique, la numérisation et la préservation de la démocratie". En ces temps de succès électoraux des partis eurosceptiques et nationalistes au sein de l'Union, cette simple profession de foi en faveur du projet de paix le plus réussi de l'histoire européenne est une bénédiction.

Les sections de l'accord de coalition intitulées "Combattre le racisme" et "Héritage colonial" sont particulièrement importantes pour mon travail. J'aimerais les citer ici pour vous et mettre en évidence les passages particulièrement pertinents pour moi, notamment pour donner l'espoir d'une Allemagne libérée des humiliations, des dégradations et de leurs conséquences :

"Nous poursuivrons le travail de lutte contre l'extrémisme de droite et le racisme, nous en développerons le contenu et nous le garantirons financièrement de manière durable. Nous développons une stratégie de cohésion sociale, de promotion de la démocratie et de prévention de l'extrémisme. Nous renforçons le travail contre la haine en ligne et les idéologies du complot. Dans la lutte contre l'hostilité à l'égard des groupes, nous mettons l'accent sur le travail contre l'antisémitisme, l'antitsiganisme, le racisme, en particulier contre les Noirs, l'hostilité envers les musulmans, la misogynie et la queerophobie ainsi que les attaques contre les réfugiés et les personnes engagées.
Nous faisons avancer la Décennie des Nations unies pour les personnes d'origine africaine (par exemple en encourageant les talents et en soutenant un centre communautaire à l'échelle nationale), nous développons la recherche, renforçons par exemple durablement le Centre allemand de recherche sur l'intégration et la migration (DeZIM) et pérennisons son moniteur de racisme. Nous mettons en place un responsable de la lutte contre le racisme. Un service national de coordination est créé pour mettre en œuvre la stratégie de l'UE à l'égard des Roms. Nous mettons également en place un service indépendant de suivi et de conseil pour les incidents anti-gitans. Nous suivons les recommandations de la commission d'experts sur l'antitsiganisme et créons un poste de responsable de la lutte contre l'antitsiganisme. Nous voulons compléter l'article sur l'égalité de traitement de la Loi fondamentale (article 3, paragraphe 3 de la Loi fondamentale) par une interdiction de la discrimination fondée sur l'identité sexuelle et remplacer le terme "race" dans la Loi fondamentale".
 

(...)

"Afin de faire avancer le travail de mémoire sur l'histoire coloniale allemande, nous soutenons également la numérisation et la recherche de provenance des objets de collection contaminés par la colonisation et leur mise à disposition sur des plateformes
. En dialogue avec les sociétés d'origine, nous visons
Restitutions et une coopération internationale interministérielle approfondie. Nous soutenons
en particulier la restitution d'objets issus de contextes coloniaux. En outre, nous développons un concept
pour un lieu d'apprentissage et de mémoire du colonialisme.
Notre politique culturelle contribue à un avenir commun entre l'Europe et l'Afrique. Nous créons un programme spécial "Sud global". Nous voulons surmonter les continuités coloniales, nous rencontrer sur un pied d'égalité dans le cadre d'un partenariat et nous lançons des études scientifiques indépendantes sur l'analyse du colonialisme".

En ma qualité de déléguée de l'Union européenne au sein du Conseil pour la diversité des Verts, je ne cesserai d'insister sur ces objectifs du gouvernement et contribuerai à les traduire en propositions d'objectifs concrets et gérables. Le fait que la Décennie des Nations unies pour les personnes d'ascendance africaine soit inscrite dans l'accord de coalition comme moteur de certaines actions me rend optimiste, même si la Décennie se terminera déjà à mi-parcours de la législature. Je m'engagerai à ce que les objectifs de cette Décennie des Nations unies - reconnaissance, justice et développement - restent dans la ligne de mire des partis impliqués dans le gouvernement au-delà de 2025.

Une étape importante pour s'attaquer aux racines du racisme et pour faire avancer les processus de décolonisation est d'accroître les connaissances sur l'histoire des Noirs. L'introduction d'études sur les Noirs dans les universités allemandes serait un jalon important à cet égard. En tant que députée au Parlement européen, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour promouvoir la Critical Whiteness et une politique UE-Afrique d'égal à égal au niveau européen.

Enfin, je soutiens expressément la demande du nouveau gouvernement fédéral d'agir à l'avenir avec plus de véhémence contre les États qui ne respectent pas le cadre juridique commun de l'Union européenne. La Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, signée et proclamée il y a environ 21 ans, nous oblige à veiller au respect de ces mêmes droits de manière non négociable. Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons garantir la crédibilité de l'Union européenne, lauréate du prix Nobel de la paix, et la dignité de chacun et chacune ici en Europe.

Je suis persuadé que le nouveau gouvernement fédéral pourra renforcer, moderniser et unifier l'Union européenne. La responsabilité de l'Allemagne en Europe a été et reste considérable, mais nous devons en même temps être conscients que peu d'autres pays ont jusqu'à présent profité aussi durablement de l'idée européenne que la République fédérale. Nous devons à l'Europe et au monde entier de protéger, de développer et de renforcer ce projet de paix unique en son genre !

Autres
articles