Mes aspirations au sein du Conseil pour la diversité des Verts

Date

Avec le Conseil de la diversité créé cette année, mon parti, Bündnis90/Die Grünen - qui, dans un commentaire acerbe d'une journaliste il y a quelques années, était également appelé Bündnis90/Die Weißen - s'impose l'exigence de faire preuve d'autocritique offensive face à ses propres déficits. Mon parti est un parti qui s'est engagé sur le thème de la diversité dans son programme, mais qui a dû et doit constater qu'il ne répond pas suffisamment à l'exigence de diversité dans ses propres rangs. Pour que la "participation égale de tous les êtres humains", comme l'exprime notre statut de la diversité[1], puisse se concrétiser, le conseil de la diversité se réunit deux fois par an depuis 2021 afin de contrôler le respect et la mise en œuvre de ce même statut de la diversité. En tant que déléguée du groupe des députés européens, je m'engage particulièrement pour les migrants en politique et la communauté afro-allemande.

Dans cette position, j'attire l'attention sur le fait que le mouvement Black Lives Matter en Allemagne a montré à quel point il est nécessaire de rattraper le retard en matière de prise en compte et d'intégration de l'histoire et des biographies des Noirs en Allemagne, et à quel point une approche réfléchie de l'histoire coloniale allemande et européenne est décisive. C'est pour reprendre les fils du mouvement Black Lives Matter au niveau politique et les orienter vers des voies positives que je fais entendre ma voix au sein du Conseil pour la diversité. En résumé, mon objectif principal est d'introduire les "Black Studies" dans les universités allemandes. Le gouvernement fédéral a pour mission importante d'inciter les Länder à entreprendre des efforts dans ce sens et à les accompagner de manière conséquente.

Il est absolument nécessaire de commencer au niveau académique si l'on veut aborder les processus de décolonisation au niveau fédéral allemand. Examiner de manière critique le regard et les structures de chacun sur les privilèges des Blancs est la base pour s'attaquer réellement aux racines du racisme et libérer les gens des humiliations individuelles et collectives. Je cite ici la lettre de plainte ouverte[2] du Black Student Union de l'université Humboldt de Berlin :

Les expériences des étudiants de l'Institut des sciences asiatiques et africaines montrent clairement que celui-ci ne correspond ni aux exigences d'une "université d'excellence", ni au propre "modèle de l'Université Humboldt de Berlin". Le département des sciences africaines, en particulier, se soustrait à sa responsabilité sociale en ignorant le lien historique entre le colonialisme (allemand), l'impérialisme, le racisme et la science, ainsi qu'en passant sous silence les constellations de pouvoir actuelles qui en découlent et en ne réfléchissant pas à sa propre position dans ces constellations. Le résultat de ce problème fondamental est la reproduction constante du racisme et de la discrimination au sein de l'institut et d'un enseignement qui conduit au mécontentement des étudiants mentionné ici et qui nuit à la réputation de l'université Humboldt de Berlin en tant qu'université allemande d'excellence.

Il y a actuellement une génération de politiciens, d'activistes et d'étudiants allemands qui sont très présents et qui défendent leurs droits. Même lorsque j'étais étudiante en Allemagne, j'étais entourée de personnes qui voulaient faire avancer les choses en matière de diversité - à l'époque, on ne travaillait pas encore avec ce terme, mais avec celui d''interculturalité'. Ils sont tous, ou plutôt la plupart d'entre eux, partis à un moment donné - les universités américaines et canadiennes pouvaient offrir à mes collègues de l'époque bien plus que les universités allemandes pour leurs préoccupations. Cela n'a guère changé. L'aspect paternaliste et toujours guidé par l'exotisme, dont les instituts des universités allemandes n'ont pas encore suffisamment tenté de se débarrasser au cours de ce millénaire, ne favorise pas un regard décolonisé sur l'histoire et la société, pourtant nécessaire de toute urgence. Nous devons et nous pouvons changer cela.

L'introduction d'études sur les Noirs, marquées par l'histoire allemande, est le point de départ central de cette démarche. Au sein du Conseil pour la diversité, je peux et je vais mettre cette question en avant et la revendiquer de manière conséquente. Black Studies Matter !


[1] https://cms.gruene.de/uploads/documents/20210122_Vielfaltsstatut.pdf

[2] https://bsuhu.wordpress.com/2021/07/16/offener-beschwerdebrief/

Autres
articles